19/12/2007

Gifles au centre de rétention pour l'ouvrier algérien

Partager

SOCIÉTÉ - La scène se passe dimanche après-midi, au centre de rétention de l'aéroport Saint-Exupéry de Lyon. Benali Sahnoune, un ouvrier agricole algérien auquel Libération avait consacré un article la veille car le vigneron qui l'employait se mobilise pour le garder (lire l'article), demande du rab pour son goûter. Les policiers le lui refusent. A bout de nerfs après quelques jours de rétention, l'homme lâche alors : "fait chier". La tension monte et deux agents l'emmènent dans une salle à part. Ils lui auraient alors asséné deux paires de gifles et auraient procédé à une fouille intégrale...

Lundi, le collectif RAIDH (Réseau d'alerte et d'intervention pour les Droits de l'Homme), relayant le témoignage d'une des soeurs de Benali Sahnoune, évoquait une scène de passage à tabac nu, une heure durant, devant une dizaine de policiers impassibles. Après avoir rencontré la victime, la Cimade préfèrait hier évoquer "un incident". Un médecin est venu examiner Benali Sahnoune, il n'a pas relevé de traces de violences.

La Cimade, seule association d'entre-aide aux étrangers présente dans les centres de rétention, n'était pas présente à Saint-Exupéry à ce dimanche. Elle n'a recueilli le témoignage de Benali Sahnoune que le lendemain. "Il n'y a pas eu d'actes de violences graves comme cela a été dit au début", assure une réprésentante de la Cimade. Benali Sahnoune a préféré ne pas porter plainte. Une enquête interne au centre de rétention est en cours.

A.Gd.

http://libelyon.blogs.liberation.fr/info/2007/12/centre-de-rtent.html


Aucun commentaire:

Publier un commentaire