04/11/2009

Débat identitaire à l'école

Partager




C'est la "bonne" idée du jour,débattre de l'identité nationale, et après des flics à la récré c'est ça?, de quoi calmer l'ambiance à coup sûr.

Luc Chatel va étendre le débat "identitaire" à l'école

il y a 45 min
Reuters

Le débat sur l'identité nationale souhaité par le gouvernement va être étendu à l'école, a annoncé le ministre de l'Education nationale Luc Chatel.

Ce débat a été lancé dans une partie des préfectures cette semaine par le ministre de l'Immigration Eric Besson, un ancien socialiste rallié à l'Elysée, qui entend discuter notamment de symboles comme la Marseillaise ou le drapeau et de la laïcité.


La gauche a fait savoir qu'elle n'y participera pas car, selon elle, cette concertation est une diversion et une manoeuvre politique ayant pour but de capter les voix extrémistes et de semer le trouble dans l'opposition.

Luc Chatel a annoncé que les écoles seraient concernées. "Oui, nous allons participer. Moi-même, je vais participer", a-t-il dit sur I-telé.

Il a annoncé que les débats identitaires se dérouleraient dans le cadre de l'éducation civique, sans autres précisions. "Je fais totalement confiance aux enseignants en la matière", a dit le ministre.

Le premier secrétaire du PS Martine Aubry a par ailleurs confirmé mercredi que le Parti socialiste ne participera pas au débat, qu'elle qualifie de "malsain".

"Ce ne sont pas ceux qui cassent cette France qui doivent nous donner des leçons d'identité nationale, ce sont les Français qui leur demandent des comptes (...) Je crois que c'est un débat malsain", a dit Martine Aubry sur RTL.

Elle estime que c'est le contexte d'une rentrée difficile pour la majorité, avec nombre de difficultés, de revers et des polémiques internes, qui explique le lancement de ce débat.

"Comme d'habitude à droite, quand on échoue, au lieu de se poser des questions et de changer de cap, on revient vers les vieilles recettes, l'immigration, l'identité, l'insécurité", a dit Martine Aubry.

L'identité de la France n'est pas religieuse, ethnique ou culturelle, selon elle. "L'identité de la France, c'est l'appartenance à des valeurs communes", estime la dirigeante socialiste.

Elle affirme n'avoir aucune divergence avec l'ancienne candidate socialiste Ségolène Royal qui, de son côté, a déjà appelé son parti à participer au débat car, de son point de vue, il ne faut pas laisser le monopole de la discussion identitaire à la droite.

Thierry Lévêque, édité par Pierre Sérisier


un article propulsé par TORAPAMAVOA :

http://torapamavoa.blogspot.com Clikez LIRE LA SUITE ci dessous pour lire la suite de l'article...^^

1 commentaire:

Aliciabx a dit…

Tout dépend de ce qu'il leur est glissé en supplément, genre NS est le symbole de l'immigration avec photo dédicacée à l'appui.
Je plaisante mais c'est risqué. Mais beaucoup de profs vont rechigner, espèrons-le.

Enregistrer un commentaire